Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pierre de Coubertin

Janvier, c’est le mois de la Chandeleur, des crêpes que l’on fait sauter en tenant un louis d’or dans la main gauche… eh bien ! tant pis pour les crêpes Suzette, ce mois-ci, nous honorons un Monsieur né le premier janvier, car le monde entier parle régulièrement de lui, tous les quatre ans…

Nota bene : le choix de la personnalité de ce mois fut difficile ; nous avions, nés en janvier, parmi une foultitude de gens que nous aimons, Jeanne d’Arc, Jacques Anquetil, Elvis Presley, Martin Luther King, Montesquieu, René Barjavel, Amadeus Mozart, Jean Baptiste Poquelin dit Molière, l’incontournable Dalida… laquelle auriez-vous choisie, vous ?

Revenons sur terre :

Si l’on vous dit : ATHÈNES, 1896, vous direz sans hésiter : « ce sont les PREMIERS JEUX OLYMPIQUES MODERNES. Ils ont réuni 14 pays seulement et 241 participants, dont 0 femme… Il y avait 43 épreuves. Et si vous allez jouer à Questions Pour Un Champion, sachez que la première médaille de ces jeux modernes fut décernée à James Connolly, USA, qui la gagna au triple saut »

Si l’on vous demande maintenant : « Que s’est-il passé à LONDRES en 1908 ? » vous répondrez : « Ce sont les 4èmes Jeux Olympiques, qui ont eu lieu à Londres comme il est dit dans la question ; ils se sont déroulés du 27 avril au 31 octobre, vous avez bien lu, du 27 avril au 31 octobre, ils ont duré plus de six mois ; à ces jeux, ont participé 22 nations et 2008 athlètes, dont 37 femmes ; ils comprenaient 110 épreuves, 323 médailles ont été distribuées aux plus méritants, et le 100 mètres s’est couru en 10’’8 »

A titre de comparaison, les derniers jeux du regretté vingtième siècle ont eu lieu à Sidney, en l’an 2 000 ; c’étaient les 24èmes jeux, ils ont eu lieu du 15 septembre au 1 octobre 2000 et

199 pays y ont participé. 6 582 hommes et 4 069 femmes sont venus disputer les 300 épreuves et plus de 900 médailles ont été distribuées à 80 pays participants...Le Vatican, la principauté de Monaco et le Liechtenstein sont repartis les mains vides, c'est-à-dire aucune médaille autour du cou, mais on sait que là-bas, on n’a pas besoin d’or… les jeux de Sidney ont également attiré 16 033 medias et 46 967 volontaires bénévoles aidaient à la bonne marche des jeux et accessoirement faisaient office de guichets de renseignements.

Enfin, à la question piège « Ou ont eu lieu les jeux en 1916 ? », répondez qu’en 1916, la ‘’der des der’’ a rendu impossible la tenue des jeux, alors qu’au temps de la Grèce antique (les jeux ont existé de 776 avant JC jusqu'en 393 après JC), tous les pays et tous les athlètes respectaient la trêve Olympique d’une durée exacte d’un mois. Les ennemis devenaient, pendant cette durée, des adversaires, des concurrents, des challengers, des rivaux. Il n’y avait plus d’ennemis. On rangeait momentanément les épées, les arcs et les lances au vestiaire. De nos jours, c’est la trêve Olympique que l’on a rangée au vestiaire, on garde les kalachnikov en bandoulière et les drones n’arrêtent pas leur ballet aérien.

Les temps ont bien changé.

Il fallait du génie pour relancer les Jeux Olympiques. D’eux, il ne restait qu’un stade à Olympie, et quelques athlètes nus dessinés sur des amphores…

Aujourd’hui, ces jeux réactualisés par le baron Pierre de Coubertin attirent plus de monde qu’un concert de Johnny Hallyday à … l’Olympia !

Mais qui est donc cet étonnant baron ?

Pierre Fredy, baron de Coubertin est né le 1er janvier 1863 à Paris et mort le 2 septembre 1937 à Genève, en Suisse. Il fait ses études chez les jésuites, passe son baccalauréat ès lettres en 1880, et ès science en 1881 ; il s’inscrit en 1882 à l'École libre des sciences politiques et obtient le titre de bachelier en droit en 1885.

Il pratique de nombreux sports, aviron, boxe, équitation, escrime, et se distingue au pistolet : il est multiple champion de France de tir.

Aimant le sport, il voulut le rendre populaire, l’internationaliser ; de nombreuses personnalités parlaient des anciens jeux d’Olympie, lui, il sut convaincre les mécènes et les sponsors mieux que les autres. Il fit naître les premiers jeux dits « modernes » à Athènes, dans leur pays d’origine, en 1896. Puis ce fut Paris en 1900, Saint Louis, 1904, Londres, 1908, Stockholm, 1912, etc. Les jeux reprirent en 1920 à Anvers.

Deux mots sur l’origine des jeux

Ils virent le jour en 776 avant JC, et la mythologie en attribue la paternité à Héraclès. Mais c’est de la mythologie. On ne sait pas qui est le père des jeux, mais on en connaît le fossoyeur : l’empereur romain Théodose 1er les supprima en 393 après JC, sur le conseil de l’évêque de Milan qui leur trouvait une origine par trop païenne.

Ces jeux antiques comprenaient les disciplines suivantes : la course à pied, le saut en longueur, le lancer du poids, le lancer du javelot, la lutte, le pancrace et l'équitation.

Selon l’idéal grec, l’important n’était pas de participer mais de gagner. Seule comptait la victoire. Les athlètes adressaient à Zeus, dieu de l’Olympe, une prière très courte : « la victoire ou la mort ».

Coubertin, plus humaniste, dira quelques siècles plus tard : « L’important dans ces olympiades, c’est moins d’y gagner que d’y prendre part »

Il était hostile, comme l’étaient les grecs, à la participation des femmes et le fera savoir en termes qui, à Pattaya de nos jours, feraient sourire : « Une petite Olympiade femelle à côté de la grande Olympiade mâle… Où serait l’intérêt ? Elle serait inintéressante, inesthétique, et nous ne craignons pas d’ajouter : incorrecte ; telle serait à notre avis cette demi Olympiade féminine ». Cela tend à faire croire, de la part du baron, à une certaine misogynie…

Quelques autres précisions sur les jeux de l’ancienne Grèce :

Les femmes mariées n’étaient pas autorisées à y assister ;

Ne pouvaient y participer que de bons et honnêtes citoyens ;

On n’avait le droit ni de tuer ni d’intimider son adversaire ;

Toute tentative de corruption était punie de coups de fouet ;

Les concurrents n’avaient pas le droit de se plaindre, ni du public, ni des juges ;

Ils étaient tous professionnels dans leur spécialité ;

Etc.

Et pour finir :

C’est le baron qui conçut le drapeau olympique en 1913, il le fit réaliser par le Bon Marché et le présenta au président de la république Raymond Poincaré le 17 juin 1914. Les cercles représentaient – et représentent toujours - les cinq continents.

Pierre Fredy se retira en Suisse ou il écrivit de nombreux ouvrages relatifs à la pédagogie, à la technique sportive, et à l’histoire de la politique. Plus de 16 000 pages au total. A titre de comparaison, « Le petit prince » ne compte que 86 pages, et « Notre Dame de Paris », 630.

Il mourut à Genève en 1937, soit peu de temps avant la seconde guerre mondiale à laquelle il ne participa donc pas…

Partager cet article

Repost 0